Italie : top 4 des raisons de visiter la Calabre, une région surprenante aux nombreux atouts

La Calabre est une région méditerranéenne du sud de l’Italie située à la pointe de la botte. Assez peu touristique, elle n’en demeure pas moins une destination de choix pour les amoureux de nature et d’authenticité. Que ce soit son climat, ses paysages, sa culture, sa gastronomie ou encore son histoire, ses attraits, méconnus, sont pourtant nombreux. Voici 4 raisons de découvrir la Calabre en Italie qui te donneront envie de la visiter !

La Calabre possède une grande variété de paysages

780 kilomètres de côte

La Calabre s’étend de la côte ouest à la côte et embrasse toute la pointe de la botte italienne. Elle est définitivement une région maritime. Avec ses 780 km de côte, elle attire, l’été, les Italiens du nord, dont beaucoup en sont originaires. Plages, falaises, villages haut-perchés au-dessus de la mer, la Calabre est un véritable bijou méditerranéen. Les températures moyennes dépassent les 25 degrés pour une bonne moitié de l’année et descendent rarement en dessous de 10 degrés pendant l’hiver. L’eau, quant à elle, peut monter jusqu’à 25 degrés pendant les mois les plus chauds. Idéal donc pour la baignade !

La ville côtière de Reggio Calabria, voisine à la Sicile, est la plus grande de la région. Cependant, n’hésite pas à t’en éloigner pour t’arrêter dans des villages typiques au charme intemporel durant ton voyage ! Flâner au hasard des hameaux que tu rencontres sur ta route est la meilleure façon de découvrir la Calabre en Italie.

Découvrir la Calabre en Italie

Montagnes et forêts mystérieuses

À l’intérieur du pays, le paysage est tout autre. Plusieurs massifs montagneux, avec des pics atteignant les 2000 m d’altitude, jalonnent la Calabre du nord au sud. Ils sont au nombre de six : le Pollino, la Catena Costiera, la Sila, les Serre, le Poro et l’Aspromonte. Randonnées, vélo, escalade, les montagnes calabraises se prêtent à de nombreuses activités en pleine nature. Elles abritent également une flore et une faune endémiques qui ont fait de plusieurs de ces massifs des parcs nationaux. C’est le cas de la Sila, un vaste plateau qui s’étend entre les provinces de Cosenza, Crotone et Catanzaro. Le loup de la Sila, espèce endémique, est le roi de ces mystérieuses forêts de conifères. En automne, le « poumon vert de Calabre » devient un lieu privilégié pour la cueillette de champignons et de châtaignes. Pendant la belle saison, la Sila offre toutes sortes d’activités d’extérieur :

  • – balade à cheval ;
  • – baignade dans les lacs ;
  • – VTT ;
  • – randonnées ;
  • – visite des villages du plateau.

L’hiver, tu pourras arpenter ce parc national en raquettes ou en skis.

L’Aspromonte, quant à lui, se situe au sud de la Calabre, entre ciel et mer. Massif connu pour ses magnifiques cascades, il abrite également un grand nombre d’espèces animales, notamment des rapaces et des reptiles. Toutes sortes d’activités y sont possibles. N’oublions pas non plus de mentionner le réseau des 18 musées (histoire naturelle, minéraux, architecture…) répartis sur la zone. Amateur de montagne, tu l’as compris : la Calabre a tout pour te séduire !

Orangers, oliviers… Des champs à perte de vue

La Calabre possède un taux d’ensoleillement parfait pour la culture des agrumes et des olives. C’est donc sans surprise qu’on y découvre, entre mer et montagnes, des champs d’orangers, d’oliviers, de mandariniers, de clémentiniers et de citronniers. Un type de clémentine est d’ailleurs originaire de Corigliano, sur la côte est. Il y pousse tant de variétés d’agrumes différentes qu’on peut admirer ces grands champs colorés presque toute l’année ! À Reggio Calabria, tu trouveras la bergamote, dont l’huile essentielle est utilisée en parfumerie. Le cedro, une sorte de gros citron très savoureux, et le citron de Rocca imperiale, viennent également de cette région du sud de l’Italie. Il n’est pas rare, pour un particulier, de posséder un bout de terre familial avec quelques arbres pour sa consommation personnelle. Ils marquent le paysage de ces cultures synonymes de vitalité et de beau temps.

Chaque province calabraise a ses propres spécialités culinaires

La cuisine calabraise travaille essentiellement les produits locaux : piment, anchois, tomates, olives, fromages typiques… Parmi les spécialités, on peut citer la nduja. C’est une saucisse de porc pimentée, apparentée à l’andouille, qu’on mange sur du pain. On utilise le piment sans réserve, notamment en l’associant à la pomme de terre et à l’aubergine. Enfin, la pitta, pain en galette, adapte sa préparation selon les provinces. Découvrir la Calabre en Italie passe aussi par un tour de ses traditions culinaires !

Cosenza

Cosenza

La province de Cosenza est la plus grande de Calabre et s’étend sur toute sa partie nord. Elle permet donc de nombreuses cultures et élevages, d’autant plus que ses ressources sont variées. À Cosenza, quelques mets sont à relever : 

  • – La cuccía est un plat à base de grains bouillis dont la préparation diffère dans chaque ville. Avec de la viande, du pain, végétarienne ou sucrée, on la mange de toutes les façons !
  • – Le caciocavallo est un fromage peu fort élaboré dans le parc naturel de la Sila. On l’utilise en cuisine dans toutes sortes de plats, des plus simples aux plus sophistiqués.
  • – C’est à Rossano que se situe la fabrique de réglisse Amarelli, une des plus anciennes marques de réglisse. Associée aux autres produits de la région, on la trouve aromatisée à l’orange, à la clémentine et même à la violette !

Les cuddrurieddri (en dialecte calabrais) sont des beignets frits typiques des périodes de Noël. Dans certains villages, on les prépare directement dans la rue et on les offre aux passants.

Powered by GetYourGuide

Crotone

La province de Crotone est située au sud-est de Cosenza. La proximité de la mer explique les nombreux plats à base de poisson.

  • – La sardella, aussi appelée « caviar de Calabre des pauvres » est une conserve de poisson préparée avec des bianchetti, des poisson-bleus (ou sardines) nouveau-nés et du piment rouge de Calabre.
  • – Crotone a également son fromage typique : le pecorino crotonese DOP, différent du pecorino romano largement commercialisé dans toute l’Italie.
  • – Les fruits de mer sont frits et cuisinés avec du citron et une cuillère de sel pour réaliser le fritto misto di mare.

Découvrir la Calabre en Italie : Catanzaro

Découvrir la Calabre en Italie Catanzaro

La province de Catanzaro est située à l’ouest et au sud de Crotone. S’étendant de la côte ouest à la côte est, elle jouit à la fois d’un important territoire maritime et de grandes surfaces dans les terres. Deux mets en sont particulièrement représentatifs :

  • – Le morzello, préparé à partir d’abats de veau dans un jus de tomate, piment et origan, peut se déguster avec ou dans une pitta.
  • – Pâtisserie traditionnelle de Noël consommée dans toute la Calabre, la pitta « nchiusa tient une place spéciale à Catanzaro où elle est le dessert de célébration par excellence. Il s’agit d’une fine pâte de pitta remplie de fruits secs.

Vibo Valentia

Vibo Valentia est la plus petite province de Calabre. C’est de là que vient la fileja, un type de pâtes confectionnées en les enroulant dans la longueur autour d’un bâton de bois. On l’assaisonne comme on veut, par exemple avec de la tomate, du piment, de la nduja ou du caciocavallo. Côté desserts, prépare-toi à être surpris avec ces deux mets aux saveurs originales : 

  • – Le sanguinaccio, qui est la traduction de « boudin noir », est en fait une préparation sucrée. On fait bouillir le sang de cochon avec du sucre, des noix, du chocolat fondu et des pignons. Une association à essayer pour y croire !
  • – Les ciciriati, dessert typique de Vibo Valentia, sont des biscuits farcis d’une pâte à base de café, cacao, noix et… pois chiches ! Là encore, l’expérience doit être tentée.

Reggio Calabria

Reggio Calabria

La province de Reggio Calabria, la plus proche de la Sicile, embrasse toute la pointe de la botte italienne. Région maritime par excellence, elle n’en délaisse pas pour autant les produits de la terre et de l’élevage.

  • – Tout est bon dans le cochon ! La frittola, plat typique de Reggio Calabria, est la personnification de notre slogan bien connu. Après avoir fait fondre une grande quantité de graisse dans une casserole, on y fait cuire toutes les parties du cochon (joues, langue, oreille, rognons, museau). Pour les carnivores à l’estomac solide !
  • – Le stoccafisso alla mammolese est un plat typique du village de Mammola cependant consommé dans toute la province. On le prépare à partir de morue cuite avec des pommes de terre, de la sauce tomate, des olives, des câpres et des piments.

La Calabre n’est pas en reste quand il s’agit de cuisine ! Produits frais directement cueillis dans le jardin (tomates, agrumes, aubergines…), poisson, viande et dessert traditionnels, cette région ancrée dans la coutume a mille saveurs à te faire découvrir !

Powered by GetYourGuide

La Calabre est le berceau de plusieurs cultures extra-italiennes

On l’a vu, découvrir la Calabre en Italie, c’est visiter une région de caractère avec une identité propre, tant au niveau du territoire qu’au niveau de la gastronomie. Savais-tu qu’on y parle le calabrais, un dialecte différent de l’italien ? Un Italien du nord ne le comprendrait pas. De tradition orale, le calabrais est parlé tant dans les villages que dans les villes. Mais, la Calabre ayant été terre d’accueil tout au long de son histoire, d’autres langues sont encore utilisées au sein de communautés extra-italiennes installées depuis des siècles.

La communauté arbëresh

À la fin du XIVe siècle, de nombreux Albanais quittent leur pays pour fuir les persécutions turques. Ce mouvement est suivi, au XVe siècle, par un exode massif de populations originaires du sud de l’Albanie et du nord de la Grèce. Ces populations trouvent alors refuge en Calabre. Elles y forment une communauté qui, au fil des ans, développe une véritable identité culturelle : la communauté arbëresh. Divisée entre les provinces du nord de la Calabre (Cosenza, Catanzaro et Crotone), la communauté arbëresh a sa propre langue dérivée de l’albanais et maintient ses traditions — fêtes, costumes, religion, gastronomie…

Si la découverte de nouvelles cultures t’intéresse, tu peux réaliser le circuit des villages arbëresh. Parmi eux, le village de Civita, également appelé le village du Pont du Diable, dans le parc national du Pollino, est une merveille. À visiter si possible en dehors de la saison touristique.

La communauté occitane

Dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, les communautés occitanes du Piémont, persécutées pour leur religion protestante, trouvent refuge en Calabre. Trois siècles plus tard, les Normands les massacrent sur leurs terres d’accueil. C’est dans la province de Cosenza que demeurent les dernières communautés occitanes de Calabre, qui sont parvenues à maintenir leurs traditions à travers les années. Parmi celles-ci, citons notamment les somptueux costumes typiques, aux couleurs vives et d’or, qu’on peut apprécier durant les célébrations. On y pratique encore les rites protestants ainsi que la langue occitane. La ville de Guardia Piemontese est reconnue comme la capitale de la communauté protestante de Calabre, et on y parle le guardiòl, un dialecte dérivé de l’occitan. Un bon point de départ pour faire un peu de tourisme culturel pendant ton voyage en Italie du Sud !

La Calabre « grecanica »

Partons maintenant tout au sud de la Calabre pour découvrir la Bovesía, une aire ionienne de 15 communes. On y parle un dialecte très ancien appelé « dialecte grec de Calabre ». Les populations de la Calabre « grecanica » ont résisté au mouvement de latinisation initié au XIe siècle et ont défendu avec ténacité leur langue et leurs traditions. On pratique encore la musique grecque et la cuisine d’Orient dans chacun des centres de la communauté. La capitale, Bova, qui a donné son nom à la Bovesía, constitue le point de départ d’un tour de la zone passionnant à travers l’Aspromonte.

Le patrimoine de la Calabre en Italie est reconnu dans le monde entier

Le patrimoine religieux calabrais : passé et présent confondus

Ce n’est un secret pour personne, l’Italie est un pays à l’histoire profondément ancrée dans la religion. Si la pratique religieuse a perdu en importance avec la modernité, le Sud a pourtant préservé une foi vivace. C’est pourquoi, les églises, basiliques, monastères, abbayes, sanctuaires et ermitages ne sont pas seulement des monuments du patrimoine ; ils sont aussi les témoins d’un sentiment spirituel encore largement partagé en Calabre.

De nombreux édifices érigés à la gloire d’un saint ou d’une madone (par exemple la Madonna delle armi près de Cerchiara) s’élèvent au milieu d’un cadre naturel spectaculaire. Pour découvrir la Calabre en Italie à travers son patrimoine religieux, tu peux suivre le chemin de San Francesco di Paola qui traverse toute la région. Celui de Gioacchino da Fiore te fera arpenter la Sila et la province de Cosenza et de Catanzaro, entre paysages exceptionnels et constructions uniques.

Parmi les lieux de culte les plus notables du patrimoine calabrais, citons, du nord au sud : 

  • – l’abbaye Santa Maria del Patire de Rossano, appelée le Pathirion ;
  • – l’incontournable Cattedrale di Santa Maria Assunta, à Cosenza (également connue sous le nom de Dôme de Cosenza) ;
  • – la Serra San Bruno et ses deux Chartreuses, de San Bruno et de San Stefano ;
  • – le monastère grec-orthodoxe de San Giovanni Theristìs ;
  • – la Cattolica de Stilo, petite église byzantine à flanc de montagne ;
  • – les chapelles et églises des villages de campagne calabrais, arbëresh, grecs ou occitans, qu’on ne se lasse pas d’explorer.

De plus, c’est à Rossano qu’on a trouvé le Codex Purpureus Rossanensis, un manuscrit sur parchemin enluminé datant du VIe siècle. Il contient du texte de deux évangiles écrits et illustrés à la main. L’ouvrage est inscrit dans la liste des textes « Mémoires du monde » par l’UNESCO et est conservé au musée diocésain et du Codex, à Rossano Paese.

Le patrimoine archéologique : sous la terre de Calabre

Au cours de son histoire, Grecs, Romains, Byzantins, Goths, Arabes, Turques et Normands ont habité la Calabre, lui laissant un patrimoine archéologique d’une richesse exceptionnelle. On dénombre, sur tout son territoire, 4 grands parcs archéologiques nationaux et plusieurs aires mineures. On te les présente du nord au sud.

  • – Le parc archéologique de Sybaris, dans la province de Cosenza, propose, avec son musée, un cadre exhaustif de l’histoire de la cité grecque antique qui lui donne son nom.
  • – Dans la province de Crotone, le parc archéologique de Capo Colonna s’étend sur 30 hectares avec des vues spectaculaires sur la mer Ionienne.
  • – Le parc archéologique du Scolacium est visible à Borgia, dans la province de Catanzaro. La cité est passée des Grecs aux Romains et s’est adaptée à l’ère byzantine et à l’ère normande.
  • – Le parc archéologique de Tauriana « Antonio De Salvo » est situé à Palmi, au bord de la mer Tyrrhénienne, dans la province de Reggio Calabria. Il expose, entre autres, les restes d’un village protohistorique vieux de 4000 ans !
  • – Enfin, sur la côte est, tu trouveras deux parcs archéologiques importants : l’antique Kaulon à Monasterace et Locri Epizefiri à Locri. Le premier est connu pour ses mosaïques très bien conservées (notamment la Mosaïque du Dragon). Le deuxième contient les restes d’une cité et de plusieurs sanctuaires colossaux.

Si l’archéologie te passionne, réaliser ce circuit des parcs archéologiques est une excellente manière de découvrir la Calabre en Italie.

Découvrir la Calabre en Italie

Le patrimoine artistique : un lien étroit avec l’Histoire

Que ce soit par ses grandes œuvres architecturales, ses reliques religieuses ou ses vestiges archéologiques, l’histoire de la Calabre brille à travers son art. Certaines pièces découvertes, exposées et conservées dans la région, ont transcendé le territoire pour se faire une place dans le savoir commun. C’est le cas du Codex, précédemment évoqué, mais également des Bronzes de Riace, ou Guerriers de Riace. Ces sculptures de bronze trouvées par hasard au large de Riace, sur le lieu d’un naufrage, datent du Vème siècle avant Jésus-Christ. Un grand mystère les entoure ; leur auteur demeure inconnu, on pense même qu’elles peuvent avoir deux auteurs différents, malgré leur style similaire. Bien qu’on ne sache pas non plus ce qu’elles représentent, elles sont un témoignage exceptionnel et particulièrement bien préservé de l’art sculptural de la Grèce antique.

La Calabre propose un grand nombre de musées aux thèmes très variés. Beaucoup sont associés aux églises et aux parcs archéologiques, mais d’autres, insoupçonnables au détour d’une rue de village, te surprendront par leur charme et leur qualité. N’hésite pas à te renseigner sur les musées de l’endroit où tu t’arrêtes pendant ton séjour !

Découvrir la Calabre en Italie : un voyage de tous les sens

Tu l’as compris, les raisons de découvrir la Calabre en Italie sont nombreuses. Impossible d’en repartir déçu ! Ses paysages allant de la mer à la montagne en passant par les forêts de pins et les champs d’orangers, son étonnant mélange de cultures, sa cuisine aux saveurs fortes et son patrimoine exceptionnel te donneront envie de prolonger ton séjour. La Calabre a mille charmes qu’on n’a jamais fini d’explorer. Plonge dans un bain d’humanité et d’authenticité en visitant cette région spectaculaire !

Poursuivez le rêve en partant faire un voyage en Sicile.